Inscrivez-vous pour la recevoir :

La rainetteSaison théâtraleAchetez en Villeneuvois
Accueil > Culture & Evénements > Evénements > Salon du Livre : 21e édition, du 17 au 19 mai 2019

Salon du Livre : 21e édition, du 17 au 19 mai 2019

Le Salon du Livre de Villeneuve-sur-Lot revient du 17 au 19 mai 2019, dans le cœur historique de la bastide, sous la halle Lakanal.

Salon du Livre de Villeneuve-sur-LotCette 21e édition sera présidée par Grégoire Delacourt, auteur dont le roman On ne voyait que le bonheur fait l’objet d’une adaptation théâtrale à laquelle les Villeneuvois pourront assister le vendredi 17 mai au Théâtre Georges-Leygues.
Une grande partie de l’œuvre littéraire de Grégoire Delacourt fait écho à la thématique choisie pour 2019 : le bonheur.

>>> Feuilletez le programme en ligne
>>> Téléchargez-le fichier pdf


Cette édition maintient la tradition d’inviter une prestigieuse maison d’édition : cette année ce sont les éditions Lattès, éditeur par ailleurs de Grégoire Delacourt, qui nous font l’honneur de ce parrainage.

Le Président : Grégoire Delacourt


Grégoire Delacourt est né à Valenciennes dans le Nord de la France. Il le dit lui-même dans sa biographie, à l’âge de 13 ans, il prend son premier râteau d’auteur en écrivant un petit mot à une certaine Jeanne.

Cela ne l’a pas découragé puisqu’en 2010, il décide de publier son premier roman L’Écrivain de la Famille et vient le présenter un an plus tard à Villeneuve-sur-Lot. Il garde un souvenir ému de ce qui fut l'un de ses tous premiers Salon du Livre de sa toute jeune carrière d'écrivain.

Après cinq prix littéraires obtenus, il sort La Liste de mes envies qui deviendra un best-seller et fera l’objet d’une adaptation théâtrale et cinématographique.
Ses cinq autres romans dont On ne voyait que le bonheur adapté également au théâtre, ont aussi remporté un grand succès auprès du public.

Bibliographie :

  • L’Écrivain de la Famille, Éditions Lattès, 2010, Prix Marcel Pagnol, Prix Carrefour du premier roman, Prix Rive Gauche à Paris, Prix Coeur de France, Prix Méo Camuzet du premier roman
  • La Liste de mes envies, Éditions Lattès, 2011
  • La Première chose qu’on regarde, Éditions Lattès, 2013
  • On ne voyait que le bonheur, Éditions Lattès, 2014
  • Les quatre saisons de l’été, Éditions Lattès, 2015
  • Danser au bord de l’abîme, Éditions Lattès, 2017
  • La femme qui ne vieillissait pas, Éditions Lattès, 2018

Les prix du Salon du Livre

1/ Le Prix de la Bastide

Devenu un incontournable du Salon du livre de Villeneuve-sur-Lot, le Prix de la Bastide sera remis pour la 7e année. Après Pierre Raufast en 2015, et Isabelle Kauffmann en 2017, qui, parmi les auteurs sélectionnés par les comités de lecture locaux recevra le prix 2019 ?

>>> votez en ligne pour le prix de la Bastide

Les lecteurs villeneuvois sont invités à voter pour l'un des quatre titres ci-dessous :

Le prix de la Bastide du festival du Livre de Villeneuve-sur-Lot


Les ouvrages sont disponibles à l’emprunt à la Bibliothèque municipale.
Pour voter, une urne sera mise en place à la Bib mais vous avez la possibilité de voter en ligne >>>


Au grand lavoir de Sophie DAULL (éd. Philippe REY)
Une romancière participe à une émission littéraire télévisée à l'occasion de la parution de son premier livre. Elle ne se doute pas qu'au même moment son image à l'écran bouleverse un employé des Espaces verts de la ville de Nogent-le-Rotrou. Repris de justice pour un crime commis il y a trente ans, menant désormais une vie bien rangée, ce dernier est confronté de façon inattendue à son passé, à son geste, à sa faute. Car la romancière est la fille de sa victime. Et, dans cinq jours, elle viendra dédicacer son ouvrage dans la librairie de la ville. Un compte à rebours se déploie alors pour cet homme solitaire, dans un climat à la fois banal et oppressant, en attendant le face-à-face qu'il redoute mais auquel il ne pourra se dérober.
Dans ce texte où chaque personnage est en quête d'une réparation intime, Sophie Daull intervient pour affirmer la fidélité qu'elle voue aux disparus, aux fleurs et aux sous-préfectures. Un roman brillamment construit sur les ambiguïtés du désir de pardon.

L’amas ardent de Yamen MANAÏ (éd. Elyzad)
Aux abords de Nawa, village de l'arrière-pays, le Don, apiculteur, mène une vie d'ascète auprès de ses abeilles, à l'écart de l'actualité. Pourtant, lorsqu'il découvre les corps mutilés de ses "filles", il doit se rendre à l'évidence : la marche du monde l'a rattrapé, le mettant face à un redoutable adversaire. Pour sauver ce qu'il a de plus cher, il lui faudra conduire son enquête dans une contrée quelque peu chamboulée par sa toute récente révolution, et aller chercher la lueur au loin, jusqu'au pays du Soleil-Levant.
En véritable conteur, Yamen Manaï dresse avec vivacité et humour le portrait aigre-doux d'une Tunisie vibrionnante, où les fanatiques de Dieu ne sont pas à l'abri de Sa foudre. Une fable moderne des plus savoureuses.

Le Livre d’Amray de Yahia BELASKRI (éd. Zulma)
« On m’a dit que je naissais au monde, que les montagnes reculeraient devant mes aspirations, que les plaines donneraient plus de blé qu’elles n’en ont jamais produit et que les matins s’offriraient à mes pas juvéniles. Que ne m’a-t-on dit pour me laisser croire que j’étais un homme libre ? »
Amray est né avec la guerre, entre le souffle du chergui et les neiges des Hauts Plateaux. Mais bientôt son monde vacille et les amis d’enfance, Shlomo, Paco, Octavia – celle qu’il nomme ma joie – quittent le pays.
Resté là comme en exil, Amray, fils de fières et nobles figures de résistance, Augustin, la Kahina ou Abd el-Kader, part lui aussi chercher plus loin ses horizons.
Roman de toutes les premières fois, premier amour, premières folies, premiers combats, Le Livre d’Amray est une charge ardente contre tous les intégrismes, un chant vibrant d’amour pour une terre qui n’est jamais nommée, une Algérie rêvée et rendue à la vie – un chant d’espoir au monde.
 
Un océan, deux mers, trois continents de Wilfried N’SONDE (éd. Actes Sud)
Il s'appelle Nsaku Ne Vunda, il est né vers 1583 sur les rives du fleuve Kongo. Orphelin élevé dans le respect des ancêtres et des traditions, éduqué par les missionnaires, baptisé Dom Antonio Manuel le jour de son ordination, le voici, au tout début du XVIIe siècle, chargé par le roi des Bakongos de devenir son ambassadeur auprès du pape. En faisant ses adieux à son Kongo natal, le jeune prêtre ignore que le long voyage censé le mener à Rome va passer par le Nouveau Monde, et que le bateau sur lequel il s'apprête à embarquer est chargé d'esclaves...
Tout d'ardeur poétique et de sincérité généreuse, Wilfried N'Sondé signe un ébouriffant plaidoyer pour la tolérance qui exalte les nécessaires vertus de l'égalité, de la fraternité et de l'espérance.

Dernière modification : lundi 27 mai 2019